Critique – Ballblazer au Atari 7800

Simon Lahaye Critiques, Critiques Rétro, Critiques Rétro - Atari 0 Comments

Ballblazer boite  Ballblazer Titre 

Qu’ont en commun George Lucas et le Atari 7800? Ballblazer, bien sûr! Développé par Lucasfilm Games en 1984 et publié par Atari pour la console Atari 7800 en 1987, Ballblazer est un jeu de sport futuriste à la première personne. On y devine l’influence du film Tron de 1982.

Ballblazer Atari   Ballblazer Lucas

 

C’est à mon avis l’un des jeux les mieux produits pour le 7800. Ballblazer est un jeu bien peaufiné. On sent l’influence du film Tron dans le thème et aussi dans les effets sonores. Le graphisme 3D est bien réussi et demeure fluide en tout temps. Le jeu est certes assez simple à apprendre mais difficile à maîtriser. C’est en affrontant un ami dans le mode multijoueur que vous aurez le plus de plaisir avec Ballblazer. 

 

Trame narrative
En l’an 3097, dans le système solaire binaire de Kalaxon et Kalamar a lieu le plus grand tournoi de Ballblazer de tous les temps. Ce sport est le plus populaire auprès de toutes les formes de vies à portée de diffusion «Ethercast interstellaire». Vous êtes le premier terrien qui pourra peut-être mériter le titre de «Masterblazer»!

Comme vous pouvez le constater, beaucoup d’efforts et d’imagination ont été investis dans l’histoire d’un jeu aussi simple. Pour explorer davantage ce délire savoureux, consultez le manuel d’instruction ici.

 

 

But du jeu
Aux commandes d’un Rotofoil, il faut saisir le Plasmorb, traverser la grille (the grid) et aller marquer un point dans le but adverse. Le joueur ayant le plus de points après trois minutes de jeu emporte la partie. Un but donne d’un à trois points selon la distance à laquelle il est marqué. Marquer dix points consécutifs procure une victoire immédiatement. En cas de match nul, la partie se prolonge en mode mort subite.

 

Ballblazer gif 1

 Jouabilité

Les premiers instants de jeu sont désorientants, surtout en tenant compte des conventions modernes d’un jeu avec vue à la première personne. Il faut avant tout comprendre que la caméra se tourne automatiquement vers votre objectif. Si vous n’êtes pas en possession du Plasmorb, la caméra se tourne dans sa direction. Une fois que vous l’avez en votre possession, la caméra se tourne vers la zone de but adverse. Selon le manuel du jeu, ce mécanisme est pris en charge par l’ordinateur Rotosnap de votre Rotofoil. Remarquez aussi le son caractéristique lorsque la caméra se tourne.

 

On dirige donc son bolide avec les quatre directions de la manette. Les boutons, eux, activent le champ de force du Rotofoil. Ce champ magnétique sert soit à lancer le Plasmorb ou à plaquer et pousser son adversaire pour lui faire échapper. Encore une fois, il faut porter attention au son. Un effet sonore semblable au sabre laser de Starwars est associé au champ de force. Plus la tension du champ est élevée, plus grande est la possibilité de faire échapper le Plasmorb à son adversaire.

 

Une fois familiarisé avec le jeu, on peut faire des feintes et des blocages tout comme au football ou au basketball. Il est aussi possible de lancer le Plasmorb et de profiter de l’effet de recul pour repousser l’adversaire juste en arrière de vous. Vous pouvez ensuite adroitement rattraper le Plasmorb, ajuster votre tir et marquer un but!

 

Ballblazer gif 2

 

Ballblazer offre la possibilité de fixer la durée de la partie entre une et neuf minutes. Pour les parties à un joueur, il est possible d’ajuster le niveau de difficulté de l’intelligence artificielle. Cette dernière est bien programmée et m’a fourni un défi très acceptable au niveau six ou sept.

 

 

 

Son et musique

 Les sons du jeu ont une qualité synthétique et électronique qui me rappelle beaucoup le film Tron. Ballblazer est par ailleurs accompagné d’une simple piste rythmique pendant le jeu. Mais, fait intéressant et unique pour l’époque, cette dernière évolue en vitesse et en intensité selon le déroulement du jeu ou en fonction de qui possède le Plasmorb!

La pièce musicale de l’écran titre est simple, mais établit bien l’ambiance d’un jeu futuriste. En entrevue, le directeur de projet Peter Langston a expliqué que la mélodie de la pièce n’a pas été composée, mais bien générée par un algorithme. Vous pouvez l’écouter en suivant ce lien:  Song of the Grid .

 

Autres versions

 Ballblazer a été publié sur un grand éventail de consoles allant du Apple II au ZX Spectrum. Il existe même une version NES, mais son graphisme 3D est inférieur. Une refonte appellée Masterblazer a été publiée sur Amiga, Atari ST et DOS en 1990. Une suite a aussi été publiée sous le nom de Ballblazer Champions au PlayStation en 1997.

 

BallBlazerPS1

 

Conclusion

 Pour ceux et celles qui sont à la recherche d’un changement de leurs parties de Joust et FoodFight sur le Atari 7800, Ballblazer est le jeu qu’il vous faut. Ce jeu est très bien fait et les contrôles y sont bien ajustés. Enfin, comme dans tout bon jeu d’arcade des années 80 le plaisir de jouer est immédiat et satisfaisant. 

Le prochain Masterblazer sera-t-il couronné lors d’une soirée retrogaming chez Papa Cassette?

 

 rn3_5etoiles

Points positifs :

-belle facture visuelle;

-ambiance sonore futuriste;

-jouabilité simple d’approche mais offrant de la profondeur;

-mode multijoueur très intéressant.

Point négatif :

-il n’y a qu’un seul mode de jeu.

 

Prix du marché : entre 10 $ et 20 $ neuf.


Partager cet article