Critique – Broken Age

Bruno Georget Critiques, Critiques Nouveau, Critiques Nouveau - PC 0 Comments

Broken Age
Développé et publié par Double Fine Productions

Disponible sur PS4, PS Vita, PC et iOS (Critique sur PS Vita)
10 ans et plus

Double Fine ont l’habitude de nous sortir des standards établis par l’industrie du jeu. Depuis leurs débuts, ils ont toujours fait preuve d’originalité et Broken Age est possiblement leur meilleure histoire jusqu’à maintenant. Le jeu est le résultat d’une campagne Kickstarter qui a été financée avec succès en 2014.

On commence le jeu en voyant deux personnages à l’écran. À gauche, une jeune fille nommée Vella Tartine et à droite un jeune homme nommé Shay Volta. Tous deux ont des vies paralèlles. Vella a été choisie par son village comme sacrifice à Mog-Chothra, un monstre terrible. Shay vit dans l’espace seul avec Mother, une figure parentale sous forme d’ordinateur. Ce qui est intéressant, c’est que l’on peut choisir entre les deux personnage en tout temps sans avoir besoin de terminer l’histoire d’un l’un pour tomber à l’autre.

Capture d’écran 2015-05-26 à 11.32.43

J’ai décidé de commencer avec Shay. Étant un fan de science-fiction, son histoire m’intéressait puis j’avais aucune idée de ce qui attendait Vella! On commence notre aventure dans le lit où l’on est réveillé par notre « mère » question d’aller accomplir des missions orchestrées par cet ordinateur qui nous guette. Une avalanche de crème glacée dans laquelle deux petits êtres sont pris, une urgence de calins, un train qui s’en va vers le vide, une marche dans l’espace. Ces missions semblent difficiles mais vraiment, elles sont assez ordinaires et c’est le but. Mother ne veut pas que son enfant se fasse mal, donc il n’y a jamais aucun danger pour Shay. Ça le dérange. Il mange les mêmes céréales et fait la même chose sans arrêt. Il est déprimé, épuisé de ne pas vivre une vraie aventure, vivre le danger!

Capture d’écran 2015-05-26 à 11.33.36

Bien assez vite notre personnage va rencontrer un loup qui va l’aider à mettre du piquant dans sa vie et les choix qu’il devra faire seront plus captivant que de décider entre des flocons de maïs ou des fruit loops pour déjeuner. Vous en dire plus sur son histoire c’est ruiner l’expérience pour vous car Broken Age est bâti sur l’histoire et les choix que l’on doit faire mais aussi, sur les punchs. Il y en a plusieurs et chaque fois, vous serez épatés.

Avant de vous parler de Vella, laissez-moi vous expliquer le fonctionnement du jeu qui est très simple. C’est un point and click. On pointe un objet et on clique. Il y a plusieurs puzzles qui dépendent surtout de notre rétention de l’information communiquée dans les dialogues. On prend souvent un objet pour le faire interagir avec un personnage ou un autre item. Je n’ai pas eu de grandes difficultés à réussir ces puzzles à quelques exceptions (vers la fin, ça se corse!) – Pour ce qui est du dialogue, le système est très simple, on veut en savoir plus sur tous les personnages et ce qu’ils ont à nous dire donc il est rare qu’on passe des questions sans les poser. Je n’ai pas eu de problèmes techniques sauf le temps de chargement qui parfois est un peu long quand on change de section et que l’on répète le même segment. J’ai préféré la version Vita vu les contrôles tactiles qui fonctionnent à merveille. À noter que ces contrôles sont aussi présents sur les versions iOS.

Capture d’écran 2015-05-26 à 11.32.20

Vella a une vie bien différente de Shay. Elle vit dans un village paisible et bien coloré où tout semble si parfait. Sa famille est heureuse au début du jeu alors que l’on apprend qu’elle doit être sacrifiée au monstre Mog-Chothra pour sauver son village. La situation m’a mis extrêmement mal à l’aise, ayant une fille moi aussi. On commence le jeu dans une fête où des jeunes filles attendent sur le bord de l’eau, en offrandes au monstre hideux et gigantesque. Ce qui est déstabilisant c’est toute la joie qu’on les habitants du village et des familles face aux meurtres violents qui se passeront devant eux. Troublant. Par contre, Vella n’est pas comme les autres. Elle est comme son grand-père, elle ne comprend pas pourquoi on a jamais essayé de vaincre ce monstre. Il est donc temps pour elle de prouver que c’est possible. Ce choix l’emmènera sur une aventure dans le ciel et elle rencontrera une tonne de personnages plus loufoques les uns que les autres.

Capture d’écran 2015-05-26 à 11.32.34

Moi qui avait commencé le jeu avec Shay, j’ai préféré l’histoire de Vella. Il y a plus de choix à faire, les enjeux semblent toujours plus grands. Malgré tout ça, les destins de nos deux personnages se joignent à la moitié du jeu de façon à couper le souffle. Vous ne verrez jamais venir les revirement de situations dans Broken Age. C’est si bien écrit et si bien joué. D’ailleurs Shay est interprété par Elijah Wood qui est parfait dans le rôle du jeune homme anxieux. La distribution comprend aussi Will Wheaton, Jack Black, Jennifer Hale et Masasa Moyo dans le rôle de Vella. Tout est à point, on embarque immédiatement. Tous les personnages sont captivants avec une histoire détaillée. On ne rencontre jamais personne qui est là pour remplir l’écran, chaque personne a quelque chose à dire, a sa couleur. D’ailleurs attendez de dialoguer avec un arbre, c’est hilarant.  La musique est magnifique et que dire de la direction artistique – fait à la main, chaque instant est un tableau que j’accrocherais dans mon salon. Vous serez captivés du début à la fin. Les point and click sont devenus rares avec le temps mais si les prochains sont d’aussi grande qualité que Broken Age, ce style reprendra vie dans le coeur de tous les joueurs. Tim Schafer a créé un univers qui nous ressemble tout en étant lointain et fantaisiste. On rit, on pleure, on s’inquiète… un grand jeu.

Points positifs
+ Excellente histoire remplie de rebondissements
+ Excellente direction artistique
+ Puzzles bien faits

Points négatifs
– Temps de chargement parfois trop long


Partager cet article