Critique – Policenauts

Mat Bennett Critiques, Critiques Rétro, Critiques Rétro - Playstation 0 Comments

Comme mon collègue Manu l’a déjà présenté dans sa rétrospective sur Hideo Kojima, cet auteur de jeux internationnalement reconnu nous a plongé dans plusieurs univers narratifs tout aussi engageants les uns que les autres. Avant le succès qu’a été Metal Gear Solid, Kojima a réalisé Policenauts qui a été un successeur à Snatcher avec un gameplay et une trame narrative semblable. C’est malheureux qu’aucune localisation officielle n’ai été produite à l’époque car c’est un vrai chef-d’oeuvre du jeu d’aventure.

Policenauts5

Ce jeu a initialement été publié uniquement au Japon pour PC-98, Playstation, Sega Saturn et même 3DO. C’est quand même assez fachant de savoir qu’il existe une version 3DO et qu’ils ont pas été foutu d’en localiser une version chez nous. La version pour Saturn avait été annoncée pour l’Amérique du Nord mais la production n’a jamais abouti. Les seuls indices de l’existence de ce jeu pour l’audience nord-américaine à l’époque étaient dans Metal Gear Solid. Il y a un poster de Policenauts dans le laboratoire d’Otacon où l’on affronte le Cyborg Ninja. Les séquences d’animation que l’on voit pendant qu’Otacon explique ses inspiration pour créer des robots sont aussi tirées tout droit de Policenauts.

policenauts2

La première séquence du jeu se déroule en 2013 (Pas notre 2013, celui du jeu). La colonie spaciale Beyond Coast qui orbite autour de la Terre reçoit de plus en plus d’immigrants. Des policiers qui sont engagés pour assurer la sécurité de la colonie reçoivent un entrainement d’astronautes et se font appeler: policenauts. Le personnage principal, Jonathan Ingram, est victime d’un «accident» et est projetté dans l’espace où il restera en hibernation cryogénique pendant 25 ans avant que sa capsule de survie ne soit retrouvée. En 2040, Ingram est maintenant détective privé dans Old Los Angeles et devra retourner sur Beyond Coast pour faire face à son passé et élucider un complot de meurtre et de corruption.

Policenauts1

Arrivé sur Beyond Coast, Ingram retrouve son ancien partenaire d’avant son accident, Ed Brown. On y remarque d’ailleur clairement l’inspiration de Martin Riggs et Roger Murtaugh de Lethal Weapon pour ces personnages. Meryl Silverburg est aussi dans le jeu mais n’a pas de relation officielle avec l’univers de Metal Gear. Kojima aurait voulu réutilisé le personnage pour Metal Gear Solid. Le jeu a principalement un gameplay de recherche d’indices, de puzzles et de dialogues. Les deux premiers chapitres sont d’ailleurs plus lents dans la narration et l’action se fait un peu attendre. Comme dans Snatcher, certaines séquences sont aussi en première personne avec une mécanique de tir où l’on doit déplacer notre cible pour abattre des ennemis.

policenauts4

Ce n’est que depuis 2009 qu’une équipe indépendante a publié une patch pour la version Playstation qui permet de traduire tous les textes du jeu. Vous pouvez télécharger gratuitement la patch sur leur site: http://policenauts.net/english/. Le doublage reste entièrement en japonais mais tout est sous-titré. Si vous etes amateur des oeuvres de Kojima et que vous aimez les jeux d’aventure dans un univers sci-fi, vous vous devez d’en faire l’expérience si ce n’est pas encore déjà fait.

Policenauts3

Avec une excellente intrigue, une trame musicale inspirée des films d’action des années 80 et un moteur narratif qui complémente très bien l’écriture de Kojima, Policenauts est définitivement un classique qui ne mérite plus de passer inaperçu. C’est bien dommage qu’on ai du attendre 15 ans pour pouvoir en faire l’expérience en anglais mais maintenant que c’est possible, ça été pour moi une expérience mémorable.

Points positifs:

 

+Très bonne intrigue

+Superbe production pour l’époque

+Avant-gardiste et engageant

 

Points négatifs:

 

-Est resté inaccessible pendant plusieurs années

-Gameplay très linéaire

-Les deux premiers chapitres sont un peu lents

 

rn4_5etoiles


Partager cet article