Critique – Rainbow Six : Siege

Mario J. Ramos Critiques, Critiques Nouveau, Critiques Nouveau - Microsoft, Critiques Nouveau - PC, Critiques Nouveau - Playstation 0 Comments

Rainbow Six Siege
Développé par Ubisoft Montréal, Toronto, Shanghai, Barcelona
Publié par Ubisoft
17 ans et plus
Disponible sur PS4, Xbox One, PC

J’ai approché Rainbow Six Siege comme un néophyte à la série. Je me rappelle brièvement d’avoir joué au premier de la série, il y a bien longtemps. Puis, mes expériences dans ce genre de jeu se résument à un peu de Battlefield et de Call of Duty.

Siege n’offre pas des batailles de l’envergure de ces autres géants du FPS en ligne, mais ce n’est pas son but. Il s’agit d’interventions tactiques, chirurgicales, dans des situations de crises telles qu’une prise d’otage ou une menace à la bombe.

Une nouvelle organisation terroriste ne reculant devant rien fait des attaques à travers le monde. L’unité internationale composée de spécialistes, Rainbow Six, est réactivée pour faire face à cette menace. L’intrigue est mince, mais ce n’est pas surprenant : Ubisoft a fait le choix, audacieux pour certains, désastreux pour d’autres, de mettre toute son attention sur le multijoueur en ligne et de ne pas offrir de campagne solo.

R6_3

Le jeu contient quand même une poignée de missions solo, appelées « Situations » qui servent principalement à se familiariser avec les contrôles, les tactiques, les outils et les différents personnages qu’on peut jouer. En effet, dans une partie en ligne, chaque joueur peut jouer avec un « contrôleur » différent. Bien qu’ils aient chacun une personnalité et un background différent, la seule différence au niveau de la jouabilité sont les habiletés et gadgets spéciaux que chacun des personnages possède. Pour débloquer, les différents personnages, il faut gagner des points de renommées, soient en complétant des situations ou en complétant des matchs en ligne.

En ligne, le jeu comporte deux modes majeurs. J’ai trouvé le mode Terrorist Hunt particulièrement intéressant et original. Il s’agit de jouer en coop contre l’intelligence artificielle du jeu. Les ennemis reviennent en quantité infinie. Il faut donc opérer en équipe, rapidement, user de bonnes tactiques et surtout, avoir une bonne communication. Le positionnement des ennemis, des objectifs (otage, bombe, etc) changent à chaque match.

R6_1

Dans le mode multijoueur joueurs contre joueurs, les matchs se déroulent en 2 de 3. À chaque manche, les deux équipes échangent de rôle : ceux qui attaquent et ceux qui défendent, avec le même type d’objectif. Dans les deux modes, il y a une phase de préparation avec l’intervention. Ceux qui attaquent disposent de petits robots-caméra pour repérer les ennemis et les objectifs, et ceux qui défendent ont une certaine période de temps pour se barricader avec différents outils, tels que des boucliers, des fils de barbelés, des murs renforcés, des pièges explosifs et autres.

Siege porte très bien son titre, qui annonce tout l’intérêt et l’originalité du jeu. En effet, le sentiment d’assiéger ou d’être assiégé est particulièrement réussi. Cela grâce au fait que pratiquement tout l’environnement est destructible ou semi-destructible. Le fait de pouvoir grimper les façades, entrer dans les bâtiments par une panoplie d’entrées, par les fenêtres, par le toit, etc., donne au jeu toute son intensité. Défendre une pièce semble facile de prime abord, mais les ennemis peuvent littéralement arriver de partout, même vous tirer dessus par des trous dans le plafond à l’étage du dessus.

R6_2

Il n’y a pas de doute que Rainbow Six Siege offre une expérience unique et plus profonde dans sa jouabilité que Call of Duty, par exemple. Les cartes sont variées et offrent chacune des défis uniques. J’ai particulièrement apprécié la carte qui se déroule à bord d’un avion de ligne commercial. Qui aurait cru qu’il y ait autant d’endroits pour se cacher, défendre, infiltrer, dans un tel lieu?

Il y a cependant un énorme bémol. Ubisoft a fait le choix de mettre tout l’accent sur le multijoueur et d’offrir une très, très maigre expérience solo. Ce n’est pas un problème en soi, si ce n’est le fait qu’on a rapidement fait le tour de la douzaine de cartes et des différents types d’objectifs. Sans doute, Ubisoft travaille déjà sur du contenu supplémentaire et je ne serais pas surpris que d’ici six mois, ce soit un jeu beaucoup plus complet.

rn3_5etoiles

Points positifs

+ Les mécaniques de « siège »

+ Cartes variées

+ Personnages et habiletés variés

Points négatifs

– Pas de réelle campagne solo

– Peu de cartes

– Peu de modes


Partager cet article