Critique – Destiny of an Emperor

Mat Bennett Critiques, Critiques Rétro, Critiques Rétro - Nintendo 0 Comments

Certains jeux rétro auxquels j’aime bien jouer sont souvent influencés par la nostalgie que j’ai cultivée avec ces derniers étant jeune. Évidemment, notre appréciation en est grandement influencée. Destiny of an Emperor ne fait pas partie de cette catégorie et est un jeu que je n’avais jamais essayé jusqu’à récemment. C’est un côté du rétrogaming que j’aime bien – lorsque je peux découvrir un jeu qui m’était inconnu à l’époque et que je peux aujourd’hui analyser avec un point de vue qui n’est pas influencé par la nostalgie.

Destiny of an Emperor_002 1-Destiny_of_an_Emperor-453

La question se pose maintenant si je suis tombé sur un jeu décevant qui m’a fait perdre mon temps ou si j’ai découvert une gemme du RPG 8-bits qui m’avait échappé jusqu’à maintenant. En fait, j’ai été agréablement surpris et même si certaines mécaniques de jeu me semblaient peu intuitives, Destiny of an Emperor m’a poussé à le compléter à 100 % et j’ai beaucoup apprécié mon expérience. Il s’agit donc d’un RPG inspiré de la Chine antique qui m’a fait beaucoup penser à l’esthétique des séries Dynasty Warriors et Romance of the Three Kingdoms. Je ne suis pas familier avec ces séries et c’est peut-être une des raisons pourquoi j’ai parfois eu de la difficulté à naviguer dans le monde de Destiny of an Emperor.

Destiny of an Emperor_007 Destiny-of-an-Emperor-1-13

Le gameplay est dans le même style que Final Fantasy ou Dragon Warrior avec des combats aléatoires et des commandes tour par tour. Chaque personnage que l’on acquière dans notre équipe est un général qui se joint à notre cause d’unifier la Chine avec son armée. Les points d’endurance de chacun ne sont pas des points de vie, mais bien le nombre de soldats qui les accompagnent. Certains pourront même être recrutés après les affrontements si l’on trouve le bon moyen de les convaincre. J’ai trouvé intéressant que la gestion de toutes ces armées soit très simplifiée. Quoiqu’il faut gérer les rations nécessaires pour maintenir nos forces, dormir à un hôtel régénère les soldats jusqu’au maximum et l’équipement attribué à un général affecte l’efficacité de toute son armée. J’ai l’impression qu’ils ont voulu créer un hybride entre un RPG traditionnel et un style plus tactique.

5-Destiny_of_an_Emperor_795 7-Destiny_of_an_Emperor-141

Ce jeu est aussi plus ancré dans la réalité; donc, on n’affronte pas des monstres et des créatures, mais bien d’autres généraux et leurs armées. Il n’y a pas de magie, mais bien des tactiques que les généraux peuvent apprendre. Ça me permet d’aborder un des points que j’ai moins aimé. Les tactiques sont nommées par des termes asiatiques et il y a donc un peu d’expérimentation à appliquer, car il n’y a aucune description qui différentie la tactique Wan Fu de Tui Lu ou d’An Sha. Peux-être que le manuel d’instruction révélait plus d’information à ce sujet, mais je possède seulement la cassette. J’ai rencontré le même problème avec le nom des personnages et des villes. Même si je savais que je devais aller affronter Ji Ling dans la ville de Huai Nan, les noms sont tellement inhabituels que je n’avais pas vraiment de point de repère entre un endroit ou un autre et j’ai tourné en rond à quelques moments. La gestion des troupes pose un problème similaire.

Destiny-of-an-Emperor-1-38 9-Destiny_of_an_Emperor_461

Quoique Destiny of an Emperor ne soit pas très difficile, certains combats m’ont posé un bon défi. En gros, je n’y rejouerais pas de si tôt, mais je le suggèrerais facilement à quelqu’un qui aurait envie de découvrir un RPG rétro avec son concept qui sort de l’ordinaire.


Partager cet article