En attendant Metal Gear Solid 5… Hideo Kojima, l’homme derrière Snake.



Rétro Nouveau Blogue 0 Comments

Hideo-Kojima-thoughtful

 

 

Hideo Kojima est un producteur de jeu japonais responsable de multiples jeux à succès et plus précisément de la franchise Metal Gear. Cet homme a participé, de proche ou de loin, à plus d’une trentaine de jeux liés au projet Metal Gear à l’exception de Snake’s Revenge qui représente le seul jeu auquel il n’a pas participé. Kojima a également participé à d’autres franchises comme; Policenaut, Tokimeki Memorial, Zone of the Enders, Boktai et même plus récemment Castlevania et Silent Hills. Mais concentrons nous sur Metal Gear pour ce billet.

 

N’ayant pas eu une enfance facile, perte de son père en jeune âge et ayant vécu beaucoup d’isolement dans sa vie, Kojima demeure une personne passionnée par le cinéma et désire même devenir réalisateur de film. Durant ses études, c’est en jouant à la Famicom qu’il découvre ce qui l’intéresse vraiment, l’industrie du jeu vidéo. Après plusieurs découragements de ses proches et des refus au sein de l’industrie video ludique, le jeune Hideo est recruté par Konami pour développer sur la MSX en 1986. 

Déçu ne n’avoir pus travailler chez Nintendo, Kojima ne renonce pas et développe Penguin Adventure, la suite d’Antartic Adventure, en y incorporant une grande variété de tableaux, des éléments RPG et de multiples fins.

 

MSX2_Metal_Gear_box_front

 

 

Toutefois le projet phare de sa carrière se produit un an plus tard, en 1987, alors que Kojima prend en main un projet inspiré du film The Great Escape avec Steve McQueen. Le jeu parle d’une jeune recrue, ayant pour nom de code Solid Snake, qui en est à sa première mission alors qu’il doit libérer des prisonniers et stopper une organisation terroriste. Le jeu fut bien reçu, mais plusieurs éléments rendaient le jeu difficile et moins intéressant.

 

mgs2

 

 

Kojima pris de l’expérience en développant quelques autres jeux et c’est 3 ans plus tard que nous avons pu revoir Metal Gear. Alors que Kojima appris qu’une suite était en production en Amérique du Nord, Snake’s Revenge, et qu’il n’avait pas été consulté, il décida de faire sa propre suite sur la MSX et développa Metal Gear Solid 2: Solid Snake, qui ne fut disponible qu’au Japon. Kojima réussi a sortie un jeu complet et révolutionnaire tandis que le jeu nord-américain fut moins bien coté, car il n’apportait rien de plus. Kojima dit au sujet de ce jeu qu’il n’est pas mauvais, mais qu’il n’est pas bon non plus. Snake’s Revenge ne fait pas parti de la ligne du temps de Metal Gear et donc est un titre seul et sans intérêt du côté histoire.

 

metal-gear-solid-24803-1920x1080

 

 

Ce fut toutefois 8 ans plus tard, en 1998, que Kojima devint un icône du jeu video à la sorti du jeu Metal Gear Solid sur la playstation 1 continuant l’histoire de Solid Snake qui va en Alaska pour sauver un homme possédant un code pouvant activer une arme nucléaire menaçant la liberté de tous. Toutefois, tout ne se déroule pas comme Snake l’avait prévu et il est embarqué dans une plus grosse histoire. Ce jeu reçu des notes parfaites et était, à l’époque, dans les jeux les mieux scénarisé et le mieux construit. Récemment Kojima, en entrevue, a dit qu’il aimerait le refaire, mais aucunes confirmations n’a été faites.

 

Plusieurs anecdotes entoure ce jeu, en voici quelques-unes;

– Il paraîtrait que Snake serait basé sur le personnage de Kurt Russell dans le film de 1981, Escape from New-York, du corps de Jean Claude Van-Damme et du visage de Christopher Walken ce qui fait une excellente combinaison pour un personnage comme Solid Snake.

 

SnakePlisskenRussell

 

 

– Il paraitrait également que pour monter le jeu, les développeurs, ont utilisés des LEGO pour bien monter les graphiques 3D du jeu.

 

– Les acteurs ayant prêtés leurs voix aux personnages de ce jeu, à l’exception de David Hayter (Solid Snake), n’ont pu voir leurs vrais noms dans le générique que dans la version remasterisée de Twin Snake parue sur la Gamecube, car à l’époque la Screen Actor’s Guild ne supportait pas le jeu et donc des surnoms avaient été utilisés pour empêcher d’avoir des problèmes.

 

– Kojima aime bien mettre des clins d’oeil en référence à des travaux qu’il a fait dans d’autres jeux. Donc le personnage d’Otacon fait référence à Policenauts, qui est une autre série populaire de Kojima et qui mérite d’être traité plus en profondeur. De plus on peut voir un poster du jeu dans le bureau d’Otacon ou nous rencontrons le mystérieux ninja…

 

Kojima fut responsable des titres principales de la franchise, mais est aussi resté attaché à chaque projets, même s’il ne s’en est pas occupé à 100%. Plus récemment, il a fait le jeu que nous attendons tant, METAL GEAR SOLID 5; THE PHANTOM PAIN, mais aussi la récemment célèbre démo jouable PT qui a pu terroriser tout le monde sur la PS4 avec un dream team à la direction, soit Kojima et Guillermo del Toro. Ce jeu devrait sortir en 2016 sur les consoles nouvelle génération et terroriser tout le monde entier la même année.

 

Silent_Hills

 

 

En finissant, Kojima est un génie du jeu vidéo et son parcours nous démontre bien a quel point le monde du cinéma et celui du jeu vidéo sont plus reliés qu’on le croit. Sûrement que Kojima aurait été un excellent réalisateur au cinéma, mais son apport au jeu vidéo a été incroyable et surtout, il a révolutionné le genre permettant d’écrire de palpitantes histoires sur des personnages de jeux vidéos et ce au début de l’histoire des jeux vidéos, 1987, tel que nous le connaissons aujourd’hui.


Partager cet article