Critique – Splash Lake

Simon Lahaye Critiques, Critiques Rétro, Critiques Rétro - TurboGrafx-16 0 Comments

SplashLakeTgCdTitre    SplashLakeTgCdPochette

Il y a certains titres rétro qui résonnent plus que d’autres et auxquels nous aimons rejouer de façon périodique. C’est parfois par pure nostalgie, parfois parce que le jeu a bien vieilli et que les mécaniques de jeu sont demeurées fraîches et intéressantes, ou parfois parce que le mode multijoueur permet de prolonger la durée de vie du jeu. C’est lorsque toutes ces conditions sont réunies que le retrogaming prend pour moi tout son sens.  Si en plus, le jeu et la plateforme sur laquelle il a été publié sont passés inaperçus, nous sommes en présence d’un vrai trésor, pour faire une blague facile : un oiseau rare. En voici un excellent exemple : Splash Lake pour le TurboGrafx-16 CD / TurboDuo (PC-Engine au Japon).

 

SplashLakeTgCd3

 

 

La première chose qu’on se demande en voyant Splash Lake, développé et publié en 1992 par NEC, c’est pourquoi décider de sortir ce titre sur CD?

Splash Lake est un jeu hybride action/puzzle. L’action s’y déroule dans un écran fixe. Il n’est pas sans rappeler des titres tels que Pengo, Kickle Cubicle, Adventures of Lolo, Cratermaze, Chew-Man-Fu et bien sûr Bomberman. On y incarne Ozzie l’autruche (Ozzie The Ostrich).  Le but du jeu est simple: faire tomber les autres animaux dans l’eau.

Le seul élément qui distingue Splash Lake d’un jeu sur cartouche est la trame sonore. Comme le jeu lui-même, cette dernière est unique. Je décrirais ça comme un mélange de jazz et de musique de cirque; des pistes aux mélodies enfantines et naïves qui donnent au jeu toute sa personnalité. Écoutez par exemple la musique du niveau 2 et remarquez l’absence presque totale de percussions:

 

Ennemis / Boss

Splash Lake offre toute une panoplie d’ennemis colorés et charmants; des animaux « cartoonesques » qui ne semblent pas trop menaçants. Nous y retrouvons des araignées, des serpents, des marmottes, différentes espèces d’oiseaux, etc. Il y a aussi des créatures plus étranges. Oui, Splash Lake fut développé au Japon et comporte une bonne dose d’humour très « what the …?! » comme dirait Bruno. En voici deux exemples : l’arbre à lunettes sympa qui fume la cigarette et l’oiseau qui laisse des bouses par terre…

 

SplashLakeTgCdArbreCoolSplashLakeTgCdGif2 SplashLakeTgCdCrote

 À chaque tranche de dix tableaux, il y a un boss. Pas de changement de jouabilité ici, il s’agit simplement d’un adversaire un peu plus difficile à déjouer, mêlé à plusieurs vagues d’ennemis ordinaires.

 

SplashLakeTgCd6

 Mécaniques de jeu

Splash Lake offre un système de commandes simple et efficace. Le déplacement se fait dans quatre directions. Un bouton sert à sauter et l’autre à picorer. Ozzie se déplace d’une case à la fois, mais un saut le fait avancer de deux cases. Cela lui permet de sauter par-dessus un ennemi ou un trou d’eau.

Il y a deux types de cases. La plupart des tuiles sont cassables et réapparaissent après quelques instants, les autres sont marquées d’un rond rouge et sont faites de métal qui est incassable par Ozzie. Ces tuiles génèrent les ennemis et servent de point d’ancrage aux tuiles cassables.

Ozzie ne peut pas s’attaquer directement aux ennemis à l’aide de son bec. Il doit plutôt s’en servir et affaiblir le sol afin que celui-ci se dérobe sous leurs pieds. Il faut d’abord observer comment les ennemis se déplacent dans le tableau, on élabore ensuite une stratégie, puis on tend son piège en affaiblissant le sol aux endroits choisis. Enfin, on craque la dernière tuile qui fait tomber le plancher, et l’ennemi dessus. Plus on noie d’ennemis à la fois, plus le jeu donne de points bonus. L’effet sonore qui accompagne l’animation va du très discret « plouc » au très jouissif « SKATA-PLOOUUUCH! ». Bon, j’exagère un peu, mais cela ajoute beaucoup à la satisfaction d’avoir mis au point un plan et d’avoir déjoué ses ennemis.

 

SplashLakeTgCd9

 Co-op

Splash Lake est encore plus amusant en co-op. C’est vraiment très agréable de coordonner ses efforts en équipe et de piéger les ennemis. Chaque joueur doit porter attention à ce que son co-équipier fait car très rapidement le chaos peut s’instaurer. Je gage que peu de joueurs pourront résister longtemps à la tentation de piéger et surprendre aussi leur co-équipier, juste pour le plaisir et les points extra. Oui, le jeu récompense ce genre de comportement délinquant… C’est dans des moments de folie improvisée, où les choses déboulent très vite, que le jeu offre ses plus belles surprises et des fous rires assurés!

 

SplashLakeTgCdGif3

 Ostrich Theater

À chaque tranche de dix tableaux, le jeu présente une petite cinématique très simple, toutefois rien de bien excitant au point de vue graphisme – surtout pour un titre CD. L’humour est gamin et la pièce de piano jazz est sympathique. Ces pièces font sourire un peu et contribuent, au final, à la personnalité du jeu.

 SplashLakeTgCdTheatre

 

  Fruits

Des fruits sont cachés dans le jeu à raison de un par tableau. Pour les révéler, il faut donner trois coups de bec sur la bonne tuile en métal. Lorsqu’on la picore, la tuile qui fait apparaître le fruit produit une note de musique au lieu du « toc » métallique habituel.

Splash Lake comporte 180 niveaux dont 60 sont disponibles au départ. Il faut collectionner les 60 fruits et friandises pour débloquer une deuxième tranche de 60 tableaux. La musique, les boss et les pièces de théâtre y sont les même; seule l’allure des tableaux est différente. Collectionnez les 60 fruits de la deuxième tranche et la troisième tranche devient alors accessible. Enfin, trouvez les 60 derniers fruits ne fera apparaître que quelques paramètres supplémentaires dans le menu option.

 

SplashLakeTgCdFruits1

 

Pour ceux et celles qui souhaitent y jouer aujourd’hui:

Un bon nombre de titres TurboGrafx-16 furent publiés en console virtuelle, mais pas Splash Lake. Le disque se trouve sur internet pour une somme qui varie de 20 à 40 $. Pour les propriétaires de PSP ou de Wii qui sont bricoleurs et coquins, je n’irai pas plus loin que vous suggérer les mots clés « pspHUGO » et « WiiMedNafen » pour vos recherches en ligne.

Je saute ici sur l’occasion pour faire ce clin d’œil au podcast pas-si-défunt-que-ça « Fun-Jouer-Jeux »!

 

Conclusion

Les jeux Turbo-CD offraient souvent, à l’époque, des cinématiques en « full motion video » ou en dessins animés manga. Ce faisant, le gameplay était parfois sacrifié. De son côté, Splash Lake faisait l’inverse et offrait une belle personnalité, une trame sonore différente et un gameplay intéressant.

 

rn4etoiles


Partager cet article