YS VIII: Lacrimosa of Dana – Un JRPG sans longueur

Tanya Moore Critiques, Critiques Nouveau, Critiques Nouveau - PC, Critiques Nouveau - Playstation, Uncategorized 0 Comments

YS VIII: Lacrimosa of Dana
Éditeurs : Nihom Falcom, Nippon Ichi Software
Développeur : Nihon Falcom
Disponible sur Windows, ps4, psVita
ESRB : Teen, 13 ans et plus

Étant une grande fan de JRPG et recherchant toujours à explorer de nouveaux jeux dans le genre, j’aime bien choisir parmi les sorties récentes un jeu que je ne connais pas et me laisser surprendre par celui-ci. Parfois c’est un flop total où je me demande pourquoi je perds mon temps avec, et d’autres fois c’est une belle surprise qui m’attend. YS lacrimosa of Dana fait partie de cette dernière catégorie.

YS représente bien le type JRPG, autant dans l’histoire, dans la jouabilité, que dans la personnalité des protagonistes. On y retrouve tous les stéréotypes de personnages préférés des japonais. Il y a Adol, le personnage principal qui est un grand explorateur aux répliques un peu flirt qui gênent souvent Laxia, fille de riche explorateur qui est également un rat de bibliothèque et qui adore tout ce qui concerne l’archéologie avec une personnalité de type tsundere. Dans le groupe d’explorateurs, on y retrouve aussi les gros bras à la voix tonitruante, mais qui a un cœur aussi gros que ses bras. La loli qui est la plus jeune du groupe qui n’a pas la langue dans sa poche. Le mystérieux ténébreux, qui parle très peu, mais trouve toujours une excuse pour justifier qu’il aide le groupe et la jeune femme tomboy au cœur pur qui veut aider tout le monde. Tous ces joyeux lurons se retrouvent échoués sur l’île mystérieuse de Sirene. Tout en recherchant d’autres naufragés et en explorant les lieux, le groupe découvre les plus sombres secrets que l’île abrite.

La jouabilité du jeu est fluide et aisée. Pas de mélange dans les commandes et il est facile d’assigner des mouvements de combats aux boutons de la manette pour créer des combos de plus en plus puissants. Le niveau des combats est également très bien. Les ennemis ne sont pas trop puissants, mais pas trop faibles non plus. Leur niveau de difficulté varie selon les régions explorées, plus on s’éloigne du camp de réfugiés plus le niveau des ennemis est élevé.

Pour briser la monotonie que l’exploration de l’île peut apporter, il y a des combats pour protéger le village des réfugiés qui apparaissent à certains moments. Ce qui est dommage avec ce genre de combats c’est que ceux-ci n’apportent pas grand-chose à nos protagonistes. Oui, on gagne certains items qui nous permettent de créer certains objets, boissons ou autres, mais on ne gagne aucune expérience. Je trouve que c’est un manque à ce niveau, parce que ce genre de combats n’a pas vraiment de but autre que de briser la monotonie que l’on peut ressentir à ne faire que de l’exploration.

L’histoire m’a plu, elle n’a pas de longueur, et elle n’est pas complexe, comme on peut retrouver dans plusieurs JRPG. Le but premier est de réunir les naufragés et trouver un moyen de s’échapper de l’île, il y a un second but qui s’ajoute, mais ça je vous laisse le découvrir. Il y a des quêtes secondaires qui apportent un petit plus. Elles servent à tisser un lien entre les personnages du groupe et les villageois. Elles ne sont aucunement obligatoires à faire, mais elles permettent d’en apprendre un peu plus sur les villageois et les membres du groupe d’exploration. Ce qui est bien, c’est que l’on n’a pas l’impression que le jeu s’éternise juste pour aller chercher des ingrédients quelconques.

Le gros moins que j’ai trouvé au jeu c’est qu’il y a beaucoup d’aliasing (crénolage), c’est un type de grains dans l’image qui se montre beaucoup sur certaines texture. Dans YS, c’était au niveau de l’herbe et comme on se promène sur une île déserte, il y en a partout. L’apparition de l’aliasing peut faire penser que c’est la télévision qui fait problème, ou encore le fil. Et bien non, c’est vraiment au niveau des textures qui sont mal rendues. C’est vraiment dommage parce qu’il y en avait partout et en tant que technicienne de l’image, cela dérangeait énormément mon œil.

En bref, YS Lacrimosa of Dana m’a bien plu et m’a donné le goût de jouer à tous les autres opus de la série. Ce jeu est à mettre dans votre liste à jouer.


Points positifs

+ Il n’y a pas de quêtes secondaires à n’en plus finir
+ Une jouabilité aisé

Points négatifs
– Il y a de l’aliasing partout.


Partager cet article